« Les autres membres du gouvernement ne sont que des chargés de mission ! »

Lorsque, par hasard, on est amené à déambuler dans les couloirs de nos institutions, on peut parfois être le témoin involontaire de certaines choses. C’est ce qui est arrivé à un visiteur au gouvernement qui a entendu quelque chose qu’il n’aurait pas dû entendre, sauf que celui qui parlait avait une voix qui portait bien au-delà des murs de son bureau…

Notre informateur nous a donc raconté qu’il passait devant le bureau de M. Marc, secrétaire général du gouvernement qui avait une conversation téléphonique, plutôt animée !

« De toute façon, les autres membres du gouvernement ne sont que des chargés de missions ! Le gouvernement, c’est le président et personne d’autre ! Et ce n’est pas discutable, j’applique les directives du Président lui-même ! »

Entendre par hasard une conversation est, somme toute, quelque chose qui peut arriver. Mais dans ce cas précis, et compte tenu de l’auteur de ces paroles, il faut bien admettre qu’on est face à une vision bien spéciale du fonctionnement du gouvernement… En tout cas les autres membres du gouvernement apprécieront !

Car les propos du secrétaire général sont manifestement à l’opposé de ce que doit être le fonctionnement d’un gouvernement que les signataires de l’Accord de Nouméa ont voulu « collégial et solidaire ».

L’exécutif calédonien, c’est bien l’ensemble du gouvernement et pas le président seul

Pour en avoir le cœur net, on est allé vérifier dans la Loi Organique, la « bible » juridique qui régente le fonctionnement de nos institutions et deux articles sont suffisamment éloquents sur la nature de l’exécutif calédonien.

Article 128 : Le gouvernement est chargé collégialement et solidairement des affaires de sa compétence. Ses décisions sont prises à la majorité de ses membres. […] Les arrêtés du gouvernement sont signés par le président et contresignés par les membres gouvernement chargés d’en contrôler l’exécution.

Article 130 : le gouvernement charge chacun de ses membres d’animer et de contrôler un secteur de l’administration par une délibération prise dans les dix jours suivant l’élection des membres du gouvernement.

Il n’y a pas d’ambiguïté : c’est bien l’ensemble du gouvernement qui prend les décisions et non pas le président. De plus, chaque membre du gouvernement contrôle un secteur de l’administration et toutes les décisions sont contresignées par chaque membre chargé d’en contrôler l’exécution. N’en déplaise au secrétaire général M. Marc et à Philippe Germain, le gouvernement, ce n’est pas le président !

Si les négociateurs de l’Accord ont imaginé ce type de gouvernement, composé de représentants élus à la proportionnelle par le congrès de la Nouvelle-Calédonie, c’est avant tout pour que les principales formations politiques du pays participent effectivement à la gestion du territoire.

Quand on réfléchit bien, on se rappelle que le président du gouvernement est élu par les autres membres du gouvernement, soit 11 personnes. Cela n’a donc rien à voir avec un président élu au suffrage universel comme le Président de la République Française. En fait, le président du gouvernement calédonien n’a pas plus de légitimité politique que les autres membres du gouvernement local, il a seulement reçu d’eux une délégation de pouvoir administratif.

Mais manifestement Philippe Germain ne l’entend pas de cette oreille. Cela fait quelques temps que la rumeur court, disant qu’il a pris la grosse tête et qu’il outrepasse de plus en plus ses pouvoirs… Inquiétant pour l’avenir de notre gouvernement local…

Nous allons enquêter et toutes les bonnes informations sont les bienvenues !

51978 Total des vues : 10 Vues aujourd’hui :
Total 7 Votes
1

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*