Ce que nous apprend Daniel Goa dans « Politique Directe »…

Même s’il est loin d’être un bon communiquant, Daniel Goa mérite qu’on l’écoute car il nous apprend des choses… Surtout que ses interventions médiatiques sont plutôt rares.

Au cours de son passage à Politique Directe le 9 avril sur NC1ère, le président de l’UC s’est exprimé, revenant sur certains sujets sensibles et donnant une certaine vision de l’évolution politique des prochaines années.

Daniel Goa fait son méa culpa en disant que « la situation de St Louis est une situation qui résulte des décisions que nous avons prises, nous, les responsables politiques, et qui, aujourd’hui, génère la situation qui, à St Louis, mais aussi à Thio, à Païta, partout sur le pays, est latente. » Bel exercice de franchise mais aussi quel constat d’échec !

Sur la question de la participation aux élections législatives les propos du Président de l’UC ont quelque peu manqué de clarté.

En effet, il rappelle qu’au congrès UC de Houaïlou, la décision a été prise de ne pas participer ce qui n’empêche pas de lancer des appels, au dernier moment, pour porter un candidat indépendantiste. Ce qu’on ne comprend pas vraiment, c’est le pourquoi de la non-participation de l’UC, pour finir par soutenir un candidat indépendantiste… Il y a là des raisons connues de la seule UC…

Daniel Goa nous a aussi donné (enfin) l’explication du maintien d’Anthony Lecren au gouvernement après sa condamnation : c’était pour sauver le gouvernement Germain et maintenir la stabilité. Ah bon… Autrement dit à l’UC, les manquements graves sont sanctionnés dans la limite de certains calculs politiques. Sans compter que l’argument ne tient pas car Anthony Lecren pouvait partir et être remplacé par le suivant de liste… Il y a donc d’autres raisons.

Interrogé sur la position de l’UC si le non l’emporte au référendum de 2018, puis au deux autres référendums prévu par l’Accord de Nouméa, Daniel Goa livre sa réponse, une réponse intéressante car c’est la première fois qu’un leader indépendantiste évoque ce sujet. Selon lui, même si le non l’emporte aux 3 référendums, l’Accord de Nouméa se poursuivra et les Kanaks continueront de revendiquer leur droit à l’indépendance. Et lorsque la journaliste lui demande ce que cela veut dire concrètement et s’il y aura un nouveau référendum ensuite, Daniel Goa répond « Non, on continuera à travailler, mais le Peuple Kanak continuera à défendre ses droits à l’indépendance. »

Cette réponse nous donne un éclairage sur une période qui inquiète plutôt les Calédoniens, dans le cas où les indépendantistes seraient perdants lors des référendums. Et à ce propos, le Président de l’UC se montre plutôt rassurant en ne parlant pas de boycott actif ou de blocages des institutions… Il semble bien que Daniel Goa ait mis un peu d’eau dans son vin lorsqu’on se rappelle un de ses discours précédents où il disait de manière plutôt abrupte qu’il n’y aurait qu’un référendum…

Reste à savoir si la vision développée par le leader de l’UC ce 9 avril sera partagée les ultras de la cause indépendantiste…

94961 Total des vues : 4 Vues aujourd’hui :
Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*