Débat Gomés – Mapou sur NC1ère : le point de vue de LKU

On nous a fait parvenir l’analyse de Louis Kotra Ureguei sur le débat du 15 juin 2017 entre Philippe Gomés et Louis Mapou sur NC1ère. Nous la diffusons car elle apporte des rappels et des éclairages intéressants sur les deux ou trois dernières années.

Une analyse personnelle sur le débat d’hier soir entre Louis Mapou et Philippe Gomés.

En lisant les commentaires sur ce débat, il est clair que beaucoup s’arrêtent sur l’impression télévisuelle mais suffit-elle à rendre correctement la réalité politique entourant ces deux politiciens, je ne le crois pas et j’apporte donc mon point de vue.

L’agressivité à travers le flux de paroles de Philippe Gomés est une stratégie de communication destinée à montrer aux téléspectateurs et en particulier aux électeurs potentiels, sa connaissance des dossiers et surtout son autorité face aux indépendantistes qu’il faut traiter avec poigne. Toujours est-il que le sourire béat du petit garçon sagement assis en face de lui attendant patiemment la possibilité de prendre la parole, confirmait le bien-fondé de cette stratégie puisque le temps de parole n’a jamais été équilibré, la balance penchant très largement pour Philippe Gomez.

D’aucuns seraient tentés de s’offusquer de cette attitude arrogante voire condescendante et paternaliste de Gomés. Et pourquoi donc ?

Pourquoi s’offusquer quand c’est le Palika lui-même qui a porté Goméz et Calédonie Ensemble au sommet de la vie politique calédonienne et économique puisque Paul Néaoutyne en personne en a fait le monsieur Mines du pays !

Politique calédonienne : C’est le Palika qui a tout fait pour qu’après la chute du gouvernement Liegeard, ce soit un membre de Calédonie Ensemble qui reprenne la Présidence du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, ce fût Philippe Germain. Etant au sein du groupe UC FLNKS et Nationalistes au Congrès, nous avons pu suivre les différentes tentatives de Louis Mapou Chef du Groupe UNI FLNKS au Congrès auprès de notre Chef de Groupe Rock Wamytan pour convaincre de donner la Présidence du Gouvernement à Calédonie Ensemble. Notre opposition au sein du groupe n’a pas permis cet accord alors celui-ci s’est concocté et scéllé au sein du BP du FLNKS à travers un communiqué signé de Charles Washetine, Victor Tutugoro, Aloisio Sako et Daniel Goa pour donner la Présidence du Gouvernement à CE et ce, sans condition !!!

En  découle ainsi toute l’orientation du gouvernement appuyée sans condition par le Palika !

La quasi-totalité des textes présentés par Calédonie Ensemble au Gouvernement et au Congrès sont votés avec l’appui sans condition du Palika.

Les modifications répétées sur l’Accord de Nouméa à travers la Loi Organique intervenues dans plusieurs Comité des Signataires, l’ont été avec l’aval sans condition de Paul Néaoutyine.

Les municipalités perdues au profit de Calédonie Ensemble et de Les Républicains par le refus d’accord entre les deux tours par le Palika !

Économie Calédonienne : Philippe Gomés est aujourd’hui le « Monsieur Mines » de la Nouvelle-Calédonie !!! Mais qu’à-t-il fait de particulier pour être aujourd’hui dans cette position où, que ce soit chez Eramet où il est aujourd’hui membre du CA, au niveau de l’Etat où il est reconnu interlocuteur privilégié sur ce sujet stratégique pour le pays, ou encore vis à vis des pays producteurs ou des sociétés minières internationales, son statut de « Mr Mines » lui confère le poids de la parole pour la Nouvelle-Calédonie. Cela grâce à Paul Néaoutyine et au Palika.

Que ce soit lors de la célébration de la première coulée de métal de l’usine du nord ou à Posco en Corée, on les a vu sabler le champagne avec profusion d’accolades et d’effusions diverses… Sans doute que pour mériter ce soutien et de tels égards, Philippe Gomés a fait partie de celles et ceux qui se sont mobilisés et battus pour obtenir l’échange du massif du Koniambo permettant de garantir le volume de minerais nécessaire à l’exploitation et ainsi de lancer toute l’opération qui débouchera sur l’usine du nord. Bien au contraire ! Comme tous les gens de droite opposés à toute forme d’émancipation et de responsabilisation des Kanak, ils ont combattu ce projet et tout tenter pour leur faire échouer ! Et que dire des indépendantistes qui n’y croyaient pas, qui ne se sont pas mobilisés et qui aujourd’hui se posent en donneurs de leçons sur les stratégies minières à mener.

Ou alors Philippe Gomez fait partie des gens du pays qui ont exercé une activité dans les mines et de ce fait acquis l’expérience et les connaissances pour être reconnu ainsi comme le « Mr Mines » du pays…Rien de tout ça mis à part des « questions de ventes de climatiseurs à Goro Nickel »  mais aux yeux du Palika et de Paul Néaoutyine, le label et la reconnaissance se devaient d’être déposés aux pieds de Gomés.

Le tapis rouge qui lui a été déroulé sans condition par le Palika lui donne aujourd’hui cette arrogance et cette suffisance qu’il a montré hier dans le débat télévisé… contre le représentant du Palika !

Certains réagissent par rapport à cela comme une motivation à aller voter Mapou pour punir Gomés ! D’autres seraient sensibles à une représentation indépendantiste au Parlement français pour faire entendre cette voix !

Mais une voix qui va parler de quoi ???

Des flux migratoires ? On ne les entend jamais sur ce sujet ici et par miracle, cette voix porterait ce sujet au parlement français ?

Du rééquilibrage et de l’emploi des Kanak ? On ne les entend jamais sur ce sujet ici et par miracle, cette voix porterait ce sujet au parlement français ?

De la situation dramatique d’une partie importante de la jeunesse kanak marginalisée et rejetée par l’échec de l’Accord de Nouméa ? Mais ici cette voix ne se révolte jamais pour dénoncer cette situation et par miracle elle le ferait au parlement français ?

Des listes électorales faussées par la fraude électorale massive opérée dans les villes du grand Nouméa ? Mais on ne les entend jamais dénoncer ces inscriptions abusivement validées par le vote des commissions administratives de contrôles complètement déséquilibrées majoritairement par les représentants de l’état et des partis pro-colonialistes, constituant ainsi cette fraude électorale massive… Et par miracle cette voix le dénoncerait au parlement français ?

De l’absence d’une réelle citoyenneté protégeant et favorisant vraiment les citoyens du pays tel que prévu dans l’Accord de Nouméa ? Mais Mme Déwé Gorodey représentante du Palika au Gouvernement en charge de la citoyenneté, interrogée au Congrès dans la séance des questions au Gouvernement sur l’absence de citoyenneté et d’une éventuelle perspective de mise en place avait répondu « que ce n’était pas à l’ordre du jour » !

De l’inscription automatique et sans condition de tous les kanak sur la liste pour le référendum de 2018 ? Charles Washetine porte-parole du Palika, très récemment dans une interview au journal Les Nouvelles Calédoniennes déclarait : « Qu’en tant que démocrate, le Palika était contre l’inscription automatique des Kanak, qu’il fallait passer par la procédure normale avec inscription d’abord sur la liste générale et ensuite la sur liste référendaire » ! Aouh Pôvres de nous colonisés !

Un petit rappel pour finir : en 1986 lors des élections législatives, le Vieux Rock PIDJOT contraint par l’âge avait décidé, en accord avec son parti l’Union Calédonienne, de ne plus se représenter, il fallait donc envisager son remplacement au cours du Congrès du FLNKS qui allait se tenir à Sarraméa, certains militants devraient pouvoir se souvenir. En tant que Président de l’USTKE – groupe de pression fondateur du FLNKS – j’avais adressé une lettre à tous les autres groupes de pression pour donner notre analyse sur la députation à venir, analyse dans laquelle on indiquait qu’il fallait absolument remettre un député kanak donc FLNKS au parlement sinon le RPCR allait désigner un candidat kanak et s’arroger ainsi la représentation et la parole kanak au parlement français, n’oublions pas que c’était pendant « les évènements ». L’opposition anti-UC portée par le Palika entr’autres était telle que le Congrès du FLNKS de Sarraméa en 1986 a décidé de ne pas présenter de candidats laissant le champ libre au RPCR, résultat des courses :

— Maurice Nénou a été désigné candidat et élu député

— Maurice Nénou au parlement et Dick Ukeiwé au Sénat ont été les portes-drapeaux kanak contre la revendication indépendantiste kanak

— Sans voix indépendantiste pour s’y opposer au parlement, les circonscriptions électorales ont été changées par le Ministre de l’intérieur Charles Pasqua à la demande du RPCR assurant du coup aux partis pro-colonialistes par ce découpage sur mesure, l’assurance de la représentation parlementaire de la Nouvelle-Calédonie comme l’ont confirmé toutes les élections législatives depuis lors.

Ma question : Voter pour quoi et pour qui ?

C’est ma simple contribution.

Ureguei Louis Kotra

Président du Parti Travailliste

407673 Total des vues : 361 Vues aujourd’hui :
Total 12 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*