De mieux en mieux : un arnaqueur professionnel au gouvernement !

On savait que tout n’était pas net au sein de l’exécutif local mais là, on est pas loin de toucher le fond ! Un personnage fort peu recommandable occupe les fonctions de chargé de mission au sein du gouvernement.

Tout est parti de notre article sur le déjeuner entre Philippe Germain, Daniel Goa, Jean-Louis Danglebermes et… Ronald Frère. Lorsque certains internautes ont compris que ce dernier travaillait au gouvernement, ils nous ont fait part de réactions qui allaient de la colère au dégoût en passant par la stupeur ! On nous a fait remonter beaucoup d’informations que nous avons voulu vérifier tant nous étions face à une accumulation d’histoires de malversations, d’arnaques et de manœuvres frauduleuses… Et nous n’avons pas été déçus !

Un parcours semé de malversations et de faillites

Frère a commencé à faire parler de lui au début des années 1990 en Province Nord, où il s’est lancé dans un gros projet de lotissement immobilier dans lequel il a notamment entrainé le maire de Koné de l’époque, M. Daniel Devaud. M. Frère a engagé des travaux et lancé la commercialisation et il comptait entrainer la Sofinor dans l’opération… Alertée par des irrégularités et l’absence de garanties financières, la Sofinor s’est retirée et c’est à ce moment que l’affaire s’est révélée être une cavalerie financière… L’affaire a éclaté ! Les médias et la justice s’en sont emparés et entre autres conséquences, il y eut la perte des droits civiques du maire de Koné, qui dû démissionner, et la mise en faillite personnelle de R. Frère…

On retrouve ensuite la trace de notre personnage à la Foa où il entraina deux frères, très fortunés et grands propriétaires sur Nouméa, dans une affaire scabreuse d’exploitation de bois aux Iles Salomon. Résultat : une autre faillite qui coûta des centaines de millions aux deux frères.

Changeant de secteur, le bonhomme reparaît après 1995 dans le transport maritime comme actionnaire minoritaire de la CMI et responsable d’une de ses filiales. Souhaitant développer la CMI, le fondateur et actionnaire majoritaire de l’entreprise. A. L., décida une augmentation de capital, ce qui nécessitait un apport supplémentaire de M. Frère à hauteur de 5 millions de francs. Après s’être fait tirer l’oreille, M. Frère finit par verser les 5 millions. Sauf… que quelques mois après, le PDG de la CMI s’est aperçu que M. Frère avait payé sa part d’augmentation de capital en prélevant les 5 millions dans les caisses de la filiale de la CMI ! Voulant éviter que l’affaire aille en justice et salisse son entreprise, le patron de la CMI exigea de M. Frère, qu’avant son départ, il lui cède gratuitement ses parts dans la CMI…

Puis début 2000, c’est à Koumac à la tête d’une activité d’exploitation minière qu’on retrouve M. Frère. Une entreprise qui déposera le bilan en quelques mois, laissant une vingtaine de personnes sans emplois…

Toujours capable de rebondir, en 2010, on retrouve notre margoulin dans une société chargée par des investisseurs étrangers de monter une clinique de jour sur la commune de Païta. R. Frère fit du lobbying auprès de plusieurs membres du gouvernement de l’époque afin de faire valider son projet dans la carte des équipements sanitaires du territoire et d’obtenir une défiscalisation locale. Le projet ne fût pas soutenu et la société fût mise en liquidation judiciaire, laissant quelques ardoises… Cette affaire valu à R. Frère d’être soupçonné par la justice de blanchiment d’argent. On ne sait pas quelle suite fût donnée à cette enquête.

Une multitude d’autres affaires jalonnent le parcours de ce monsieur peu recommandable, comme celle où il avait réussi à se faire nommer liquidateur (?) d’une société de BTP, la société Pontoni, où M. Frère liquidait les actifs, non pour payer les créanciers de la société, mais pour se remplir les poches ! Ce qui lui a bien sûr valu de se faire éjecter de son rôle de liquidateur… Ou encore son passage à la présidence de la fédération calédonienne d’haltérophilie dont la gestion fût dénoncée, ce qui aboutit à la liquidation judiciaire de cette fédération…

Une présence injustifiable au sein du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Devant un tel tableau de chasse, on peut légitimement se demander comment un tel personnage peut continuer à sévir. Nos informateurs nous ont expliqué que ce monsieur a une grande assurance et qu’à l’écouter, tout paraît évident et facile, ce qui met vite les gens en confiance… Menteur compulsif et manipulateur, il a un bagou exceptionnel qui peut le rendre très convaincant. « Il vendrait du sable à des bédouins du désert » nous a dit une de ses victimes !

Mais ce qui interroge vraiment, c’est la présence d’un tel larron en tant que collaborateur au gouvernement, dans un lieu où on manie l’argent public. Politiquement, ce mec est un aventurier qui navigue au gré des intérêts du moment et des « protections » qu’il peut obtenir. On l’a vu au RPCR, auprès de Pentecost lorsque celui-ci briguait la députation en 1997, à l’Avenir Ensemble, auprès de Daniel Goa à l’UC et très souvent en compagnie de Gomés et de Philippe Germain qui lui a offert ce poste au gouvernement…

Comment Philippe Germain peut-il justifier l’embauche de ce monsieur, payé autant qu’un membre du gouvernement, soit 750 000 frs, alors qu’il doit des sommes très importantes à la Cafat et aux services fiscaux ? Comment peut-on embaucher dans nos institutions des personnes dont le casier judiciaire n’est pas vierge ? Manifestement, R. Frère sait des choses qui lui ont permis de bénéficier d’une protection et d’un régime de faveur… Il est vraiment temps que la justice mette son nez dans nos institutions !

Il est évident que quelque chose ne fonctionne pas dans les institutions calédoniennes et on peut espérer que la nouvelle loi sur la moralisation de la vie politique, voulue par le nouveau Président de la République, soit rapidement votée et rendue applicable en Nouvelle-Calédonie…

35990 Total des vues : 1 Vues aujourd’hui :
Total 22 Votes
5

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

4 Commentaires

  1. Je confirme ! Ce monsieur est un vrai escroc ! Il m’a mis en confiance avec la possibilité de faire un bon investissement et je lui ai prêté de l’argent (1,5 million…) qu’il m’a jamais remboursé ! Il dit même que je lui ai jamais prêté… Un vrai voleur!!! Incroyable que ce type soit embauché au gouvernement !

    3

    0
  2. Ce n’est pas joli,joli tout ça. Pour entrer en politique il faudrait être pur comme neige. Hélas c’est loin d’être le cas. Les gens en ont assez de toutes ces magouilles.

    3

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*