Union loyaliste : premier accroc ?

Bien avant le 1er tour des législatives, il est vite apparu qu’un accord avait été conclu entre le Rassemblement Les Républicains de Pierre Frogier et l’état-major de Calédonie Ensemble à propos de la 2ème circonscription. Cet accord répondait à plusieurs préoccupations. Du côté de Calédonie Ensemble, la priorité était bien sûr de reconquérir les deux sièges de députés dans un contexte de multiplication des candidatures, alors que du côté des Républicains, on a mis sur la table des négociation, la condition de conserver deux représentants au Sénat.

Mais au-delà de ces petits marchandages, après le revers de la présidentielle, il s’agissait surtout d’optimiser la chance de faire élire des députés appelés à siéger dans le groupe Les Républicains-UDI à l’Assemblée Nationale et de résister au mieux au rouleau-compresseur de la République en Marche. Et Philippe Gomés ayant passé son dernier mandat au sein de l’UDI, l’accord national entre les Républicains et l’UDI rendait presque logique l’investiture du député sortant de Calédonie Ensemble.

La suite on la connaît. Devant le risque de voir le siège de la 2ème circonscription aller au candidat indépendantiste, Pierre Frogier et Philippe Gomés ont suscité la création de « l’Union loyaliste » pour assurer l’élection des deux candidats Calédonie Ensemble.

Les deux Philippe intègrent le nouveau groupe Les Républicains Constructifs

Lorsqu’ils ont été élus, soutenus par l’Union des loyalistes du 15 juin 2017, il semblait évident que les deux députés  calédoniens intègreraient les rangs du groupe des Républicains-UDI à l’Assemblée Nationale.

Or, les Calédoniens ont appris au journal NC1ère du 24 juin que Philippe Gomés et Philippe Dunoyer intègreraient le groupe Les Républicains Constructifs qui rassemblera une quarantaine de députés élus (sur 126) élus avec l’investiture Les Républicains-UDI.

La réaction des responsables des Républicains-UDI au plan national est sans ambiguïté. Laurent Wauquiez, en guerre contre ceux que l’on appelle déjà «les sécessionnistes» a réagi, très agacé : « Moi, à leur place je me serais appelé le Club des mangeurs de soupe ou bien les destructifs… comme si nous autres n’étions pas tous des élus soucieux de servir l’intérêt général, c’est vraiment minable » !

Pour sa part Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains a déclaré : « La création d’un nouveau groupe dissident en soutien au gouvernement, constitue une grave mise en cause des engagements pris devant les électeurs ». C’est dit…

Il est évident que le terme « constructifs » annonce la volonté d’offrir à Emmanuel Macron un complément de majorité ou disons-le tout net, de sauter par opportunisme dans la majorité présidentielle…

Sauf que les électeurs qui ont porté leur voix sur les deux Philippe ne l’ont pas fait dans cette optique et on peut supposer que les autres membres de l’Union loyaliste, Pierre Frogier, Gaël Yanno et Pascal Vittori, tous adhérents aux Républicains et à l’UDI, n’apprécient pas… Alors s’agit-il du premier accroc de l’Union loyaliste ?

100345 Total des vues : 5 Vues aujourd’hui :
Total 6 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*