Après le SMTU, Calédonie Ensemble attaque le SMTI : ils veulent contrôler le transport !

Les Calédoniens le savent de plus en plus, derrière les belles déclarations des responsables de Calédonie Ensemble se cache en fait un système politico-maffieux qui cherche à imposer sa loi au pays, à pousser ses pions pour prendre le contrôle de secteurs entiers d’activités et à en retirer toutes sortes d’avantages…

Après avoir mis la main sur l’habitat social à des fins électoralistes, Calédonie Ensemble essaie maintenant de faire main-basse sur le transport en commun.

Calédonie Ensemble veut contrôler les réseaux de transport

Rappelez-vous, le 3 juillet dernier, le Président de la Province Sud, Philippe Michel, a pris la présidence du Syndicat Mixte de Transport Urbain (SMTU) qui coordonne les réseaux de transport en commun de l’agglomération, c’est-à-dire Karuïa et Carsud. En utilisant un système de « chaises musicales », il a réussi à ravir le poste de président à M. Marc Zeisel, adjoint à la maire de Nouméa en charge des transports, une manœuvre vivement dénoncée par que le représentant de Païta dans le SMTU, Willy Gatuhau.

Manifestement, Calédonie Ensemble a développé un gros appétit pour tous les secteurs d’activités qui touchent les Calédoniens dans leur vie quotidienne, ça peut toujours servir à moins de deux ans des prochaines élections provinciales… Et une rumeur insistante court, disant que Calédonie Ensemble voudrait récupérer le secteur des transports dans le prochain gouvernement.

Ayant fait main basse sur le SMTU, le clan des Philippe veut maintenant mettre le grappin sur le Syndicat Mixte de Transport Interurbain (SMTI). Mais pour prendre le contrôle du SMTI, il faut dégager Tyuienon et l’actuel directeur M. Mardjoeki !

La bande à Gomés s’attaque au SMTI

Ayant reçu le communiqué du SMTI daté du 3 juillet 2017, nous avons enquêté et il se trouve que les attaques sur le SMTI ont été lancées depuis plusieurs mois et à plusieurs niveaux.

Au sein du conseil d’administration, les représentants de Calédonie Ensemble ont été les premiers à lancer une campagne de désinformation, Philippe Pètre, collaborateur du président du gouvernement Philippe Germain et Gyslène Dambreville nommée par Philippe Michel pour représenter la Province Sud au CA du SMTI… Ces deux pions de Gomés, loin de se comporter comme des administrateurs du SMTI, se sont livrés à une véritable stratégie de harcèlement envers la direction et certains employés du SMTI. Sans doute cherchaient-ils à déstabiliser l’établissement pour provoquer des dysfonctionnements dont ils auraient ensuite fait porter le chapeau à la direction et au président du CA !

Cela n’ayant pas fonctionné, Calédonie Ensemble a actionné son site des basses œuvres, Calédosphère en publiant des articles faits de mensonges, d’approximations et de on-dits pour jeter le discrédit sur la direction du SMTI et le président du conseil d’administration, Gilbert Tyuienon. Des articles signés « Rita » qui n’est autre que le pseudo du responsable de la communication de la province Sud, Nicolas Vignoles !

Et les animateurs de cette opération de déstabilisation ne sont autres que le président de la Province Sud lui-même, le président du gouvernement Philippe Germain et son directeur de cabinet, M. Pierre Gey, une sorte de mercenaire que Germain a fait venir de métropole il y a un peu plus d’un an…

Des montages d’information pour salir

Quels que soient les sujets, les recettes de Calédosphère sont toujours les mêmes. On sort des informations de leur contexte pour essayer d’en transformer le sens, on sort quelques données juridiques pour faire plus vrai, on fait croire à des révélations alors que dans la grande majorité des cas, les informations sont consultables… Bref, des montages d’information pour enfumer les internautes et pour salir les cibles de la bande à Gomés…

Dans le cas du SMTI, Calédosphère nous sert le même montage mais cela ne tient pas car comme le rappelle le communiqué du SMTI :

l’audit sur lequel s’appuie l’argumentaire de Calédosphère a été commandé par le président du conseil d’administration lui-même, Gilbert Tyuienon, afin d’identifier les points forts et les points faibles du SMTI et les résultats ont été communiqués à tout le conseil d’administration et la représentante du Trésor Public. Rien n’a été caché, n’en déplaise à « Rita » Nicolas Vignoles…

le rapport d’audit ne fait pas du tout mention de détournements de fonds. Il faut savoir qu’en comptabilité publique, il y a une séparation totale entre l’ordonnateur des paiements et l’exécution des paiements qui sont assurés par le trésorier-payeur qui agit pour le compte de l’Etat. Autrement dit, ni le directeur du SMTI, M. Mardjoeki, ni le président, M. Tyuienon n’ont d’autorité sur le trésorier-payeur qui a la faculté de refuser de payer s’il détecte une irrégularité.

le SMTI étant un établissement public, toutes les décisions prises par le conseil d’administration font l’objet d’un contrôle de légalité de la part des services du Haut-commissariat et les opérations financières sont contrôlées par la trésorière qui agit pour le compte de l’Etat.

— la demande de subvention aux collectivités est tout à fait normale parce que c’est prévu dans ses statuts (art. 12.2). Lors de la création du SMTI, les élus du congrès ont imposé que les tarifs pratiqués reste très abordables, ce qui rend cette demande de contribution complémentaire inévitable pour que l’établissement puisse boucler son budget.

Tous ces faits sont incontestables et même Calédosphère n’y pourra rien ! Et ce n’est pas parce qu’on ne partage pas les choix politiques de Tyuienon, qu’il faut laisser Calédonie Ensemble faire de la désinformation et se livrer à des coups tordus…

Une complicité de Calédosphère à l’intérieur de l’UC ?

Si la nature politique des attaques envers le SMTI ne fait pas de doute, nous avons été intrigués par le dernier paragraphe du dernier article de Calédosphère :

« plusieurs dirigeants de l’Union Calédonienne n’ont pas du tout apprécié l’utilisation du comité UC par le membre du gouvernement pour couvrir ses arrières ni ses appels à des mobilisations de terrain »

Ce passage alimente la rumeur que certains responsables de l’UC, et pas des moindres, sont d’accord avec les attaques de Calédonie Ensemble à l’encontre de Tyuienon… Une nouvelle bataille des courants internes à l’UC…

Il est vrai que les contacts existent lorsqu’on se rappelle que Daniel Goa, le président de l’UC, déjeune régulièrement avec Philippe Germain dans son bureau…

108648 Total des vues : 3 Vues aujourd’hui :
Total 7 Votes
1

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*