Autorité de la concurrence : inefficace et coûteux !

Trois ans après la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie doit se doter d’une autorité de la concurrence. La création de cette autorité fait suite à des promesses faites à l’intersyndicale en 2012 dans le cadre des manifestations contre la vie chère. Certains partis politiques ont réussi à faire croire que cette mesure pouvait aboutir à faire baisser les prix. D’autres ont laissé s’installer cette tromperie, à court de propositions et ayant eu peur d’être taxés de ne rien faire contre la cherté de vie.

Un effet d’annonce pour camoufler l’absence de vraie politique contre la cherté de vie

S’il c’était aussi simple de faire baisser les prix, on peut se demander pourquoi tous les pays ne se dotent pas de cet outil « merveilleux ». Rares sont les pays qui ont mis en place un tel organisme. En tout cas, lorsqu’ils l’ont installé, l’objectif n’était pas d’obtenir une baisse des prix, mais seulement d’essayer de limiter une trop grande concentration dans un secteur d’activité, laquelle pouvant à terme favoriser une augmentation des prix.

En tout cas, en Calédonie, la création d’une autorité de la concurrence n’est en rien une mesure qui permettra de faire baisser les prix, compte tenu notamment de la spécificité de notre système économique qui repose majoritairement sur des importations. En effet, cette autorité ne pourra jamais intervenir sur les facteurs extérieurs de constitution des prix calédoniens, des facteurs qui influencent beaucoup le niveau des prix dans le pays. De plus, l’organisme ne disposera pas des moyens techniques nécessaires pour mener des investigations poussées sur les pratiques anti-concurrentielles locales, qui resteront difficiles à prouver…

Bref, nous sommes encore devant un exemple de démagogie, on fait des annonces spectaculaires pour faire croire au peuple qu’on agit pour son bien. Comme souvent en politique, on met en place un comité ou une commission… ça fait sérieux, mais ça ne produit rien…

Les prix ne baisseront pas et cette autorité coûtera cher

Ce qui est dérangeant dans cette affaire, c’est que pour faire de l’électoralisme, on a mis en place un organisme dont les coûts de fonctionnement seront élevés et qui ne servira pas à grand-chose, en tout cas pas à faire baisser les prix. Tout comme la loi anti-trusts adoptée il y a quelques années.

Par contre, on sait ce que coûteront les personnes appelées à siéger dans cet organisme puisqu’on estime le coût annuel de fonctionnement de notre autorité de la concurrence à environ 200 millions ! Il faudra bien verser des salaires importants et des primes d’éloignement aux expatriés que l’on fait venir pour l’occasion…

C’est cher, trop cher pour un organisme qui traitera en réalité très peu de dossiers chaque année.

Pour justifier un tel coût, on a entendu certains élus dire que cette autorité pourrait faire des contrôles inopinés dans les commerces… Argument nul quand on sait que la DAE (Direction des affaires économiques) fait déjà ce travail par le biais de ses contrôleurs qui font des contrôles à l’improviste…

Il existait une alternative beaucoup moins ruineuse pour obtenir une surveillance des pratiques anti-concurrentielles en Calédonie : établir une convention entre la Direction calédonienne des affaires économiques et l’autorité de la concurrence métropolitaine afin de produire un rapport annuel sur cette question. Mais dans notre petit territoire, on a toujours la folie des grandeurs… Et c’est le contribuable calédonien qui paiera…

283121 Total des vues : 702 Vues aujourd’hui :
Total 2 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*